• Le choix c'était lundi 21 décembre 2015

    Pour la deuxième fois, avant une réunion d'importance sur le mode de gestion de l'eau, M Daugan faisait paraître dans la presse un article:

    Cet article est paru dans le Télégramme le jour même (21/12/2015)de la réunion de Dinan Communauté qui devait décider de la gestion de l'eau. Nous avons surligné en jaune quelques éléments de réflexion qui nous semble devoir être interrogés ou discutés.

    Commentaires sur les extraits surlignés en jaune dans l'article de presse ci-dessus:

     ==>Étonnante contradiction: comment peut-on dans la même phrase dire que la différence de coût est insignifiante mais que l'on a pas les chiffres pour pouvoir comparer! La seule chose à disposition est une projection d'un cabinet alors même que le collectif DIC'EAU tente d'expliquer depuis des mois qu'il est possible de faire une autre étude gratuite par la FNCCR (Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et en Régie:lien vers le site FNCCR)

     

    ==>Comment expliquer alors qu'il puisse y avoir des collectivités qui choisissent une des formes possibles de régie, sont-elles devenues folles?

     

    ==>En effet, il faut du temps et il est regrettable que cela n'ait pas été fait. Pour autant s'il ne s'agit que d'un problème de temps alors une solution est possible: ne pas choisir une délégation de 12 années, mais privilégier un avenant, une forme de contrat court. Ceci permettra d'être assuré d'avoir de l'eau et donnera le temps nécessaire à une véritable réflexion basée cette fois-ci sur des données valides et comparables.

     

     ==>En effet ce serait ennuyeux, mais dans ce même article on peut pourtant lire que grâce à l'action vigilante des élus une manne de 2 M d'€ a été récupérée, il semblerait que le contrôle puisse quand même s'exercer:

     Il semblerait donc que même en DSP le contrôle ne soit pas garanti et la confiance ne soient pas garantis.

     

    ==>Il faudrait prendre beaucoup de temps! Eh oui! expliquer ce qu'on fait prend du temps. Mais n'est-ce pas aussi le rôle des décideurs que d'expliquer, de proposer, d'organiser le débat objectif avant de décider. Un sujet comme celui de la gestion de l'eau n'est-il pas d'importance suffisante? Suffit-il d'avoir été élu pour que les décisions puissent être prises ensuite à l'insu des citoyens? Enfin, si débat il y avait, des citoyens de tous bords viendraient s'informer. Nombre de personnes aimeraient en savoir plus, nous les rencontrons dans la rue, sur les marchés, lors de nos réunions.

     

    ==>A-t-on intérêt à reprendre la main sur l'eau?!! Qui est "on"? De notre point de vue, oui! La collectivité des citoyens (c'est ce que nous, nous mettons derrière"on") a intérêt à reprendre la main; ne serait-ce que pour éviter les surprises de 2M d'€ mais également pour s'assurer que chaque Euro dépensé par un usager servira à la gestion de l'eau et rien d'autre.Quant à reprendre la main les formes sont multiples, c'est justement ce à quoi il faut réfléchir.

     

    ==>Remarque tout à fait pertinente à ce sujet. En comptabilité publique tout est repérable, les comptes doivent être en équilibre et chaque dépense clairement identifiée. Quant à la création d'une société dédiée pour la gestion, cela ressemble plus à une usine à gaz qu'à une maîtrise des dépenses.

     

    ==>Il est regrettable d'être contraint à une "âpre négociation" avec un partenaire qui travaille pour le bien public.

     

    ==> Sans commentaire!

     

    ==>Pas davantage de commentaires